legend of native americans indians

legend of native americans indians

the abenakis,les abenakis

 

AbenakIS STORY

At the period of the first settlement of New England by the English, the principal Indian powers located in that territory, were, the Pokanokets, under Massasoit; the Narragansetts, under Canonicus; the Pequot-Algonquins of Connecticut; and the Merrimack, or Pennacook, Bashabary of Amoskeag. Each of these comprised several subordinate tribes, bearing separate names, and, although bound, by both lingual and tribal affinities, to the central tribal government, yet yielding obedience to it in the ordinary loose manner of the local Indian tribes. Each of these tribal circles was ruled by its particular chief, who, although he arrogated to himself the powers and immunities of hereditary descent, yet exercised no absolute controlling influence, beyond what the popular voice allowed him. The colonists were not long in ascertaining who were the principal rulers, nor in taking the necessary measures to conciliate them.

 

Their mode of treating with the Indians was, to assert that the sovereignty and fee simple of the soil were vested in the English crown; but yet to acknowledge the possessory right of the aborigines, by presents, or by purchase, in order to conciliate the local chiefs. When collisions were occasioned by disputed boundaries, or by questions of trade, they were adjusted in councils of both parties. No difficulties of any general moment occurred until the origination of the Pequot war.


The bloody feud between the Mohicans, under Uncas, and the Narragansetts, under Miontonimo, was a consequence of the Pequot outbreak. The colonies endeavored, as much as possible, to abstain from any participation in this struggle; but in a very short time they became involved in open warfare with the Narragansett. It could not be supposed that the Pokanoket or Wampanoag, who, under the benevolent Massasoit, had lived in amity with the English for such a lengthy period, could sit calmly by, and see a foreign people, whose manners, customs, and opinions differed so widely from their own, attain the possession of power, and spread over their country, without experiencing feelings of jealousy and animosity. The impatient spirit which Alexander evinced during his short reign, and the more deliberate, secret, and crafty policy of Philip, developed this latent Indian feeling. These events have, however, been previously related in detail.


The Merrimack tribes, among whom the Pennacook appear to have held the highest position, had located the seat of their government at the Amoskeag Falls, a name denoting the abundance of beaver on that stream. The ruling sachem was Passaconaway, a celebrated magician, a distinguished war captain, an eloquent speaker, and a wise ruler. Few aboriginal chiefs ever surpassed him in mental or magisterial qualifications. Far a long period, he prudently maintained friendly relations with the Massachusetts and New Hampshire colonies; and his interviews with John Eliot denote that he possessed a mind, capable of grasping and comprehending the truths of religion. It is manifest that his most earnest desires were, to make the vicinity of his beloved Amoskeag his home in old age, and that his bones should be deposited on one of the beautiful islands in the Merrimack. But the spirit of aggression frustrated his wishes. There was a strong prejudice in the English mind against the natives, which brought the colonists and the Merrimack into collision in many different ways. Injury was retaliated by injury, and blood was avenged by blood. Murders were followed by wars, in which the English were invariably successful, and, finally, Passaconaway and his Pennacook were driven from their homes. New Hampshire and Maine, from the Merrimack to the Penobscot, were drenched with Indian, as well as English blood. The time will arrive, when the history of these sanguinary strife will become a fruitful theme for the pen of the author, and the pencil of the artist; and then the bold and heroic men, whose lot it was to act the part of their country's defenders in these perilous scenes, will receive their due weed of praise. The deeds of valor enacted at Kennebec, Norridgewock, Castine, Monhagan, and Sagadehock, and on the lofty Wambec,1 will thenceforth constitute subjects to interest the mind of the reader, and excite his imagination .2


The Abinaqui tribe also acted an important part in the Indian history of Maine and New Hampshire. This word is of French origin, and is too vague for any ethnological purpose, being the mere translation of the Indian term for Eastlander.3 The language of this people designates their Algonquin lineage, the latter being distinguished by some orthographical peculiarities, the principle of which is the use of the letter r. The early colonists called them Tarranteens;4 but, among the Iroquois, they were known by the name of Onagunga.5


About 1692, while the colonies were contending with the refractory tribes on their western borders, Sebastian Rasle, a Jesuit missionary from Quebec, who had previously visited some of the western tribes, made his appearance among the Abinakies. He located himself at Norridgewock, and earnestly devoted his attention to the task of teaching them the truths of Christianity. It must be remembered, that the French residents in Canada aimed to construct an empire in America, by obtaining influence amongst the Indian tribes, east, west, north, and south, which might be turned to political account in the hour of emergency. To a great extent, the new system of instruction, introduced by Rasle, had not only a religious character, but also a powerful political tendency. The people of New England and New York, say, of all the colonies, deemed it such; and numerous and protracted negotiations between the colonists and the tribes, as well as between the respective authorities of the two countries, were the consequence. Every movement was, either in reality, or was conceived to be, the result of Canadian jealousy of the British colonies, or of British animosity against Canada. If the Indians committed a murder, or perpetrated a massacre, it was alleged that the French authorities had incited them to the act, or countenanced them in its performance. Squadrons of ships sailed from England to avenge these reported injuries, and, for a long period, the country, from the mouth of the St. Lawrence to that of the Mississippi, was the battle-ground of the contending nations.


This position of affairs caused Rasle to be regarded by the colonists as a partisan. Throughout New England, his labors were deemed to be directed toward perverting the Indians, and implanting in their minds the seeds of error, and of hatred to the colonies. He was cited before the authorities of Boston ; but the negotiations only resulted in mutual misapprehension, and ended in vituperation. The Catholics and Protestants were so directly at variance with each other, and so many worthy men and women had been slain by the tomahawk and the scalping-knife, that the colonies determined, by a coup de main, to rid themselves of what they considered the grand exciting cause of all their evils. With the caution and celerity, resulting from long practice in Indian wars, they marched a body of troops to the site of Norridgewock, and made a descent upon the village. The Indians were roughly handled in an engagement, which took place on the green, were driven thence to their wigwams, and cut down wherever discovered. Among the rest, Rasle was slain, while boldly defending his flock. His chapel was burned, and the village entirely destroyed.

 

LES ABENAKIS

 

Histoire des Abénakis

La vallée de Merrimac, Et Abénaquis Tribe

A l'époque de la première colonie de la Nouvelle-Angleterre par les Anglais, les principales puissances indiennes situées dans ce territoire, étaient, les Pokanokets, sous Massasoit; les Narragansetts, sous Canonicus; l'Pequot-Algonquins du Connecticut, et le Merrimack, ou Pennacook , Bashabary de Amoskeag. Chacun de ces composés de plusieurs tribus subordonnées, portant des noms distincts, et, bien qu'en étant lié, par des affinités à la fois linguistiques et tribale, le gouvernement central tribale, mais cédant à lui obéir à la manière ordinaire lâche des tribus indiennes locales. Chacun de ces cercles tribales a été gouvernée par son chef particulier, qui, bien qu'il s'arrogeait des pouvoirs et immunités de l'hérédité, encore exercé aucune influence absolue de contrôle, au-delà de ce que la voix populaire lui a permis. Les colons ne tardèrent pas à déterminer qui étaient les dirigeants principaux, ni à prendre les mesures nécessaires pour se les concilier.

 

Leur mode de traiter avec les Indiens était, d'affirmer que la souveraineté et en fief simple du sol ont été dévolus à la couronne d'Angleterre, mais encore de reconnaître le droit de possession des aborigènes, par des présents, ou par achat, afin de concilier la les chefs locaux. Lorsque les collisions ont été occasionnés par des frontières contestées, ou par les questions de commerce, elles ont été ajustées dans les conseils des deux parties. Aucune difficulté de n'importe quel moment jusqu'à ce que le général a eu lieu origination de la guerre Pequot.


La rivalité sanglante entre les Mohicans, sous Uncas, et les Narragansett, sous Miontonimo, était une conséquence de la flambée Pequot. Les colonies essayé, autant que possible, de s'abstenir de toute participation à cette lutte, mais dans un temps très court ils se sont impliqués dans une guerre ouverte avec le Narragansett. Il ne pouvait pas être supposé que le Pokanoket ou Wampanoag, qui, sous la bienveillante Massasoit, avait vécu en bonne intelligence avec les Anglais pour une période aussi longue, pouvait s'asseoir tranquillement par, et de voir un peuple étranger, dont les mœurs, les coutumes et les opinions diffèrent si largement de leur propre, atteindre la possession du pouvoir, et la propagation de leur pays, sans éprouver des sentiments de jalousie et d'animosité. L'esprit impatient laquelle Alexandre manifesté durant son court règne, et la politique plus délibérée, secret, et rusé de Philippe, mis au point ce sentiment latent sur les Indiens. Ces événements ont, cependant, déjà été raconté en détail.


Les tribus Merrimack, parmi lesquels le Pennacook semblent avoir tenu la position la plus haute, avait situé le siège de leur gouvernement à la chutes Amoskeag, un nom désignant l'abondance du castor sur ce flux. Le sachem décision était Passaconaway, un magicien célèbre, un capitaine de guerre distingué, un orateur éloquent, et une règle sage. Peu de chefs autochtones jamais surpassé dans les qualifications mentales ou magistrale. Loin d'une longue période, il a prudemment entretenu des relations amicales avec le Massachusetts et le New Hampshire colonies, et ses entretiens avec John Eliot désigner ce qu'il possédait un esprit, capable de saisir et de comprendre les vérités de la religion. Il est manifeste que ses désirs les plus ardents étaient, pour rendre le voisinage de sa bien-aimée Amoskeag son domicile dans la vieillesse, et que ses os devrait être déposé sur l'une des belles îles dans le Merrimack. Mais l'esprit d'agression frustrés ses désirs. Il y avait un fort préjugé dans l'esprit anglais contre les indigènes, qui ont amené les colons et le Merrimack en collision dans de nombreuses façons différentes. Des blessures a été répliqué par une blessure, et le sang a été vengé par le sang. Meurtres ont été suivis par les guerres, dans laquelle les Anglais étaient toujours réussi, et, enfin, Passaconaway et son Pennacook ont ​​été chassés de leurs foyers. New Hampshire et du Maine, de la Merrimack à la rivière Penobscot, étaient trempés avec les Indiens, ainsi que le sang anglais. Le temps viendra, où l'histoire de ces luttes sanglantes deviendra un thème fécond pour la plume de l'auteur, et le crayon de l'artiste, et puis les hommes courageux et héroïques, dont beaucoup, il était de jouer le rôle de leur pays défenseurs dans ces scènes périlleuses, recevront leur mauvaises herbes en raison de la louange. Les actes de bravoure adoptés à Kennebec, Narantsouak, Castine, Monhagan, et Sagadehock, et sur la Wambec haute, 1 sera désormais constituent des sujets d'intérêt de l'esprit du lecteur, et d'exciter son imagination 0,2


La tribu Abenaki a également tenu un rôle important dans l'histoire de l'Inde du Maine et du New Hampshire. Ce mot est d'origine française, et est trop vague pour n'importe quel but ethnologique, être la simple traduction du terme indien pour Eastlander.3 La langue de ce peuple désigne leur lignée Algonquin, celui-ci se distinguant par quelques particularités orthographiques, le principe de qui est l'utilisation de la lettre r. Les premiers colons appelaient les Tarranteens;  mais, chez les Iroquois, ils étaient connus sous le nom de Onagunga.


À propos de 1692, tandis que les colonies ont été aux prises avec les tribus réfractaires sur leurs frontières occidentales, Sebastian Rasle, un missionnaire jésuite du Québec, qui avait déjà visité quelques-uns des tribus de l'Ouest, a fait son apparition parmi les Abinakies. Il se trouve à Narantsouak, et sincèrement consacré son attention à la tâche de leur enseigner les vérités du christianisme. Il faut se rappeler, que les résidents français au Canada visant à construire un empire en Amérique, par l'obtention d'influence parmi les tribus indiennes, est, ouest, nord et sud, ce qui pourrait être mise à profit politique à l'heure d'urgence. Dans une grande mesure, le nouveau système d'enseignement, introduit par Rasle, avait non seulement un caractère religieux, mais aussi une tendance politique puissant. Les habitants de la Nouvelle-Angleterre et New York, par exemple, de toutes les colonies, a jugé ces; négociations et de nombreux et prolongés entre les colons et les tribus, ainsi que entre les autorités respectives des deux pays, étaient la conséquence. Chaque mouvement a été, ni dans la réalité, ou a été conçu pour être, le résultat de la jalousie canadienne des colonies britanniques, ou de l'animosité britannique contre le Canada. Si les Indiens a commis une assassiner, ou perpétré un massacre, il a été allégué que les autorités françaises avaient incité à l'acte, ou les tolérée dans ses performances. Des escadrons de navires partit d'Angleterre pour venger ces blessures signalées, et, pendant une longue période, le pays, de la bouche du Saint-Laurent à celle du Mississippi, a été le champ de bataille des nations rivales.


Cette position des affaires causé Rasle à être considéré par les colons comme un partisan. Tout au long de la Nouvelle-Angleterre, ses travaux ont été jugés pour être dirigée vers pervertir les Indiens, et l'implantation dans leur esprit les graines de l'erreur, et de la haine dans les colonies. Il a été cité devant les autorités de Boston, mais les négociations seulement abouti à méprise mutuelle, et se termina en vitupérations. Les catholiques et les protestants étaient si directement en contradiction avec l'autre, et tant d'hommes et de femmes dignes avait été tué par le tomahawk et le couteau à scalper, que les colonies déterminée, par un coup de main, pour se débarrasser de ce qu'ils considéraient comme la grande cause excitante de tous leurs maux. Avec la prudence et célérité, résultant de la pratique à long dans les guerres indiennes, ils marchèrent un corps de troupes sur le site de Narantsouak, et fait une descente sur le village. Les Indiens ont été malmenés lors d'une mission, qui a eu lieu sur le green, ont été chassés de là, à leurs wigwams, et de réduire là où a découvert. Parmi le reste, Rasle a été tue en defendant hardiment son troupeau. Sa chapelle a été brûlée, et le village entièrement détruit.



05/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres