legend of native americans indians

legend of native americans indians

the modocs ,les modocs

the modocs ,les modocs

par the legend of native american indians, lundi 16 avril 2012, 20:10 ·

Indians Modocs, Captain Jack and General Canby

 

The Modocs, since at least 7000 years, occupied the area around Tule Lake, Lower Klamath Lake and Lava Beds.

 

Was found, near the shores of Lake Lower Klamath, on the banks of a stream named Sheepy Creek, one of their villages. When a landslide downstream opened the river, the lake was emptied in part, revealing a bare bottom and flat. The first settlers saw settle near the mouth of the creek: the gorse there did an excellent hunting ground where at each migration, geese and ducks alighted on the lake. These prehistoric Modocs had to bring one by one the stones that identified their homes, those who maintained their shelters, and even the smallest lestaient that their fishing nets: there, there was that silt. They had to also go off the wooden beams of houses, canoes, and every day, that of fire!

Lower Klamath Lake

 

Sometimes, higher rainfall or clogged valley, the lake level back up. So they had to abandon the village for several generations, sometimes centuries. Of new sediment, mud or peat, piled up, covered the remains of abandoned houses, abandoned tools, accumulated waste from the previous occupation, and the relics of the ancestors, the Modocs cremated. One day the water level lowered permanently. The Modocs returned, brought new stones, new logs and resettling. In fifty five centuries of occupation, a mound of a six feet high arose, where archaeologists were able to distinguish five phases of occupation. The last one was five hundred years.

 

The Modocs did not discover the bow and arrow that around the year 400 AD. Until then, they hunted big game with spears, smaller animals to spear propelled by Atlal, threw batting rabbits, birds with slingshots. They caught ducks and geese at the net, by ricochet of flat stones on the water, or throwing bolas, as are the gauchos of Argentina to secure the cattle. Even when one is skilled and trained, even when the birds are legion, we imagine the difficulty of supporting a family throughout the year, and anxiety for the morrow.

 

To successfully achieve a duck with bolas, should the bird takes off slowly: this is suitable for waterfowl hunting divers, as the coot, which pedal to the surface of the water before rising in the air. Mallards, on the contrary, like other species that graze on the surface, snapped in two strokes of wings and are difficult targets. The arc allowed a new precision, greater discretion in the approach, and significantly increased the consumption of these birds fast.

 

Takeoff coots)

Meat ducks were consumed immediately, or crushed and dried for winter. Their skin, still covered with down, cut into strips, was braided and then woven into blankets and clothing. With bones, they made tools, decoys to call other ducks. The surpluses were exchanged with downstream tribe, which was obtained by the shells from the shores of the Pacific, used as currency, and for making ornaments.

 

Other migration punctuating the lives of Modocs: every spring, salmon and barbel, from long habit, came to spawn in streams. The Indians took the barbell in cages, open on top, they went up suddenly after having drawn their victims by throwing into the water dried fish eggs. Salmon were speared to the spear.

 

Women took care to collect and prepare seeds, roots and tubers, tanning hides. With the means at the time, it was more than enough to occupy their days: they had to grind grain mortars and flat grinding stone coarse porous. Grandparents cared for children.

 

Each geographical area has its beauties and weaknesses: Further downstream, in the rugged mountains which runs the Klamath, Salmon was the staple food. Large animals, deer and bear, were rare. The Modocs, in whom these were common game, provided their neighbors in furs and even large bones, which they made tools. Obsidian, this natural glass from volcanoes, hard and easy to cut, completed the trading range of objects: Glass Mountain, a few tens of kilometers south, is fully established.

 

Apart from that occupation millennium, a technique used to establish a definite link between these prehistoric tribes and Modocs faced by American colonists: basketry. The tricks, how to use the bulrush, a kind of rush, the decorative patterns were extended into modern times.

 

Lookout station

 

Emigrants arrived en masse in Oregon and California in the late 1840s. A decade later, they established farms and ranches in the border region between the two states. Public pressure led the administration to negotiate the departure of the Modocs: they would go to settle in the nearby reserve of Klamath, their cousins in language but also their enemies. Experience has shown that these artificial groupings have almost never succeeded, except when they were wanted by both sides. Klamath and Modocs, though tradition and language close, did not hear.

Calling for a reservation of their own, the Modocs took the initiative to go home, near Lower Klamath Lake and the lava fields. Clashes took place with the American colonists: they urged the army to do his duty and bring the Indians on the reservation. On 29 November 1872, the soldiers made their appearance in camp Modocs.

Despite the good sense to Kientpoos their leader, who knew the most powerful Americans, exchanges took place, the words first, then gunshots. The Modocs, leaving behind eight casualties among the soldiers, one killed and seven wounded, fled to the north of the Lava Beds, where caves and corridors are natural ramparts.

The same day, determined not to await the action of an army they felt reluctant and perhaps likely to curb their demand, or simply wanting to reinforce this action, some citizens were formed into militia : while the cavalry was Kientpoos camp, they attacked without warning tape loose. They killed several, before others have time to escape. The survivors, on their way to the Lava Beds, massacred in retaliation a dozen isolated farmer.

It took two months the army to surround the fort of basalt and decide to attack. Failed! Seventeen soldiers were injured, none in India: the position suddenly seemed impregnable! We waited for reinforcements.

 

The natural fortress, refuge of Modocs

At the same time that the army led his troops in the east, public opinion was moved. Cleared of Indians since the beginning of the century, installed, she no longer understood as easily as they trampled the rights that seemed natural. The same zeal which had led to liberating the Civil War, judging their work against blacks ended, had made up his mind to integrate Indians into American society in recent years: it must be that progress begins somewhere !

 

President Grant sent a commission. It was chaired by General E.R.S. Canby. Talks was little progress. Everyone camped on its positions and in the Modoc camp, the assassins of the farmers were concerned to be punished in case of surrender. They pushed Kientpoos to end, until it is forced to kill Canby, not to appear a coward.

 

Edward Richard Sprigg Canby Kientpoos Captain Jack

This time, the army entered abruptly in action: refraining from attacking, she was content to use his snipers, bomb and shell the refuge of the Modocs, at a steady, throbbing ... The second night, the Indians made off with the English in the lava fields. They had no water, no food and were soon caught up in small groups. The battle had lasted seven months. Captain Jack and three other leaders were hanged, and the rest of the band offset to the reservations in Oklahoma.

 

Les indiens Modocs, Captain Jack et le général Canby

 

Les Modocs, depuis 7000 ans au moins, occupaient la région située autour de Tule Lake, Lower Klamath Lake et des Lava Beds.

 

On a retrouvé, tout près des rives du lac inférieur de la Klamath, sur le bord d'un ruisseau nommé Sheepy Creek, un de leurs villages. Lorsqu'un glissement de terrain en aval ouvrit le cours du fleuve, le lac se vida en partie, découvrant un fond nu et plat. Les premiers occupants virent s'installer près de l'embouchure du ruisseau : les ajoncs y faisaient un excellent terrain de chasse lorsque, à chaque migration, oies et canards se posaient sur le lac. Ces Modocs préhistoriques durent amener une à une les pierres qui cernaient leurs foyers, celles qui maintenaient leurs abris, et même les plus petites qui lestaient leurs filets de pêche : sur place, il n'y avait que du limon. Il leur fallut également aller chercher au loin le bois pour les poutres des maisons, des canots et, chaque jour, celui du feu !

Lower Klamath Lake

 

Parfois, pluviosité plus forte ou vallée engorgée, le niveau du lac remontait. Alors, il leur fallait abandonner le village pour plusieurs générations, parfois plusieurs siècles. De nouveaux sédiments, vase ou tourbe, s'amoncelaient, couvraient les restes des maisons délaissées, outils abandonnés, déchets accumulés de l'occupation précédente, et les reliques des ancêtres, que les Modocs incinéraient. Un jour, le niveau de l'eau baissait durablement. Les Modocs revenaient, amenaient de nouvelles pierres, des nouveaux troncs d'arbres et se réinstallaient. En cinquante cinq siècles d'occupation, une monticule d'un mètre quatre-vingt de haut s'éleva, où les archéologues purent distinguer cinq phases d'occupation. La dernière remonte à cinq cents ans.

 

Les Modocs ne découvrirent l'arc et la flèche que vers l'an 400 de notre ère. Jusque là, ils chassaient le gros gibier à l'épieu, les animaux plus petits à la sagaie propulsée par l'atlal, les lapins au bâton jeté, les oiseaux à la fronde. Ils attrapaient oies et canards au filet, en faisant ricocher de pierres plates sur l'eau, ou en lançant des bolas, comme font les gauchos d'Argentine pour immobiliser le bétail. Même lorsqu'on est habile et entraîné, même lorsque les oiseaux sont légions, on imagine la difficulté à faire vivre une famille tout au long de l'année, et l'inquiétude du lendemain.

 

Pour réussir à atteindre un canard avec des bolas, il faut que l'oiseau décolle lentement : cette chasse convient aux palmipèdes plongeurs, comme le foulque, qui pédale à la surface de l'eau avant de s'élever dans l'air. Le colvert, au contraire, comme les autres espèces qui pâturent en surface, s'arrachent en deux coups d'ailes et font des cibles difficiles. L'arc permit une précision nouvelle, une plus grande discrétion lors de l'approche, et augmenta nettement la consommation de ces oiseaux rapides.

 

Le décollage des foulques)

La viande des canards était consommée immédiatement, ou bien pilée et séchée pour l'hiver. Leur peau, toujours couverte de duvet, découpée en lanières, était tressée puis tissée en couvertures et en vêtements. Avec les os, on faisait des outils, des appeaux pour appeler d'autres canards. Les excédents étaient échangés avec les tribu en aval, par qui on obtenait les coquillages des rives du Pacifique, utilisés comme monnaie, et pour la confection d'ornements.

 

D'autres migrations rythmaient la vie des Modocs : chaque printemps, saumons et barbeaux, par une longue habitude, venaient frayer dans les ruisseaux. Les indiens prenaient les barbeaux dans des nasses, ouvertes sur le dessus, qu'ils remontaient brusquement après y avoir attiré leurs victimes en jetant dans l'eau des oeufs de poisson séchés. Les saumons étaient harponnés à la foëne.

 

Les femmes s'occupaient de ramasser et préparer graines, racines et tubercules, de tanner les peaux. Avec les moyens de l'époque, cela suffisait largement à occuper leurs journées : elles n'avait pour moudre le grain que mortiers et meules plates de pierre à gros grain poreux. Les grands-parents s'occupaient des enfants.

 

Chaque zone géographique a ses richesses et ses carences : loin en aval, dans les montagnes escarpées où coule la Klamath, le saumon constituait la principale nourriture. Les grands animaux, cerfs et ours, étaient rares. Les Modocs, chez qui ces gibiers étaient communs, fournissaient leurs voisins en pelleteries et même en gros os, dont on faisait des outils. L'obsidienne, ce verre naturel issu des volcans, dur et facile à tailler, complétait l'assortiment des objets de négoce : Glass Mountain, quelques dizaines de kilomètres au sud, en est entièrement constituée.

 

En dehors de cette occupation millénaire, une technique permet d'établir un lien certain entre ces tribus préhistoriques et les Modocs rencontrés par les colons américains : la vannerie. Les tours de main, la façon d'utiliser le scirpe, une sorte de jonc, les motifs de décoration se sont prolongé jusqu'aux temps modernes.

 

Poste d'affût

 

Les émigrants arrivèrent massivement en Oregon et en Californie dès la fin des années 1840. Une dizaine d'années plus tard, ils avaient établi des fermes et des ranches dans la région frontalière entre les deux Etats. La pression populaire conduisit l'administration à négocier le départ des Modocs : ceux-ci iraient s'installer dans la réserve voisine des Klamaths, leurs cousins par le langage mais aussi leurs ennemis. L'expérience a montré que ces regroupements artificiels n'ont pratiquement jamais réussi, sauf lorsqu'ils étaient voulus de part et d'autre. Klamaths et Modocs, bien que de tradition et de langue proche, ne s'entendirent pas.

Réclamant une réserve qui leur soit propre, les Modocs prirent l'initiative de rentrer chez eux, près de Lower Klamath Lake et des champs de lave. Des accrochages eurent lieu avec les colons américains : ceux-ci pressèrent l'armée de faire son devoir et de ramener les indiens sur la réserve. Le 29 novembre 1872, les soldats firent leur apparition aux camp des Modocs.

Malgré le bon sens de leur chef Kientpoos, qui savait les Américains plus puissants, des échanges eurent lieu, de mots d'abord, puis de coups de feu. Les Modocs, laissant derrière eux huit victimes parmi les soldats, un mort et sept blessés, s'enfuirent vers le nord des Lava Beds, où grottes et couloirs forment des remparts naturels.

Le même jour, décidés à ne pas attendre l'action d'une l'armée qu'ils jugeaient peut-être réticente et de nature à freiner leur demande, ou voulant tout simplement renforcer cette action, certains citoyens s'étaient formés en milice : pendant que la cavalerie était au camp de Kientpoos, ils attaquaient sans sommation une bande détachée. Ils en tuèrent plusieurs, avant que les autres n'aient le temps de s'enfuir. Les survivants, sur leur chemin vers les Lava Beds, massacrèrent en représailles une douzaine de fermier isolés.

Il fallut deux mois à l'armée pour encercler le fort de basalte et se décider à attaquer. Echec ! Dix-sept blessés parmi les soldats, aucun chez les indiens : la position semblait soudain inexpugnable ! On attendit des renforts.

 

La forteresse naturelle, refuge des Modocs

En même temps que l'armée amenait ses troupes, dans l'est, l'opinion publique s'émouvait. Débarrassée de ses indiens depuis le début du siècle, installée, elle ne comprenait plus qu'on bafoue aussi facilement des droits qui paraissaient naturels. Les mêmes dont l'ardeur libératrice avait provoqué la Guerre de Sécession, jugeant leur tâche envers les noirs terminée, s'étaient mis en tête d'intégrer les indiens dans la société américaine en quelques années : il faut bien que le progrès commence quelque part !

 

Le président Grant envoya une commission. Elle était présidée par le général E.R.S. Canby. Les pourparlers n'avançaient guère. Chacun campait sur ses positions et dans le camp modoc, les assassins des fermiers s'inquiétaient d'être punis en cas de reddition. Ils poussèrent Kientpoos à bout, jusqu'à ce que celui-ci se voit obligé d'assassiner Canby, pour ne pas paraître un lâche.

 

Edward Richard Sprigg Canby     Kientpoos Captain Jack

Pour le coup, l'armée entra brutalement en action : se gardant d'attaquer, elle se contenta d'utiliser ses tireurs d'élites, et de bombarder d'obus le refuge des Modocs, à un rythme régulier, lancinant... La deuxième nuit, les indiens filèrent à l'anglaise dans les champs de lave. Ils n'avaient pas d'eau, pas de vivres et furent bientôt rattrapés par petits groupes. La bataille avait duré sept mois. Captain Jack et trois autres chefs furent pendus, et le reste de la bande déporté vers les réserves de l'Oklahoma.

 

 captain jack modoc chief



16/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres