legend of native americans indians

legend of native americans indians

the crees,les crees

Cree Indian History

 

Cree (contracted from Kristinaux, French form of Kenistenoag, given as one of their own names).
     An important Algonquian tribe of British America whose former habitat was in Manitoba and Assiniboin, between Red and Saskatchewan rivers. They ranged northeastward down Nelson river to the vicinity of Hudson Bay, and northwestward almost to Athabasca lake. When they first became known to the Jesuit missionaries a part of them resided in the region of James Bay, as it is stated as early as 1640 that "they dwell on the rivers of the north sea where Nipissing go to trade with them"; but the Jesuit Relations of 1661 and 1667 indicate a region farther to the northwest as the home of the larger part of the tribe. A portion of the Cree, as appears from the tradition given by Lacombe (Diet. Lang. Cris), inhabited for a time the region about Red river, intermingled with the Chippewa and Maskegon, but were attracted to the plains by the buffalo, the Cree like the Chippewa being essentially a forest people. Many bands of Cree were virtually nomads, their movements being governed largely by the food supply. The Cree are closely related, linguistically and of otherwise, to the Chippewa. Hayden regarded them as an offshoot of the latter, and the Maskegon another division of the same ethnic group.
     At some comparatively recent time the Assiniboin, a branch of the Sioux, in consequence of a quarrel, broke away from their brethren and sought alliance with the Cree. The latter received them cordially and granted them a home in their territory, thereby forming friendly relations that have continued to the present day. The united tribes attacked and drove southwestward the Siksika and allied tribes who formerly dwelt along the Saskatchewan. The enmity between these tribes and both the Siksika and the Sioux has ever since continued. After the Cree obtained firearms they made raids into the Athapascan country, even to the Rocky mountains. and as far north as Mackenzie river, but Churchill river was accounted the extreme north limit of their territory, and in their cessions of land to Canada they claimed nothing beyond this line. Mackenzie, speaking of the region of Churchill river, says the original people of this area, probably Slaves, were driven out by the Cree.
     As the people of this tribe have been friendly from their first intercourse with both the English and the French, and until quite recently were left comparatively undisturbed in the enjoyment of their territory, there has been but little recorded in regard to their history. This consists almost wholly of their contests with neighboring tribes and their relations with the Hudson Bay Co. In 1786, according to Hind, these Indians, as well as those of surrounding tribes, were reduced to less than half their former numbers by smallpox. The same disease again swept off at least half the prairie tribes in 1838. They were thus reduced, according to Hind, to one-sixth or one-eighth of their former population. In more recent years, since game has become scarce, they have lived chiefly in scattered bands, depending largely on trade with the agents of the Hudson Bay Co. At present they are gathered chiefly in bands on various reserves in Manitoba, mostly with the Chippewa.
     Their dispersion into bands subject to different conditions with regard to the supply and character of their food has resulted in varying physical characteristics; hence the varying descriptions given by explorers. Mackenzie, who describes the Cree comprehensively, says they are of moderate stature, well proportioned, and of great activity. Their complexion is copper-colored and their hair black, as is common among Indians. Their eyes are black, keen, and penetrating; their countenance open and agreeable. In regard to the women he says: "Of all the nations which I have seen on this continent, the Knisteneaux women are the most comely. Their figure is generally well proportioned, and the regularity of their features would be acknowledged by the inure civilized people of Europe. Their complexion has less of that dark tinge which is common to those savages who have less cleanly habits.'' Umfreville, from whom Mackenzie appears to have copied in part what is here stated, says that they are more inclined to be lean of body than otherwise, a corpulent Indian being "a much greater curiosity than a sober one." Clark (Sign Language, 1885) describes the Cree seen by him as wretchedly poor and mentally and physically inferior to the Plains Indians; and Harmon says that those of the tribe who inhabit the plains are fairer and more cleanly than the others.
     Their hair was cut in various fashions, according to the tribal divisions, and by some left in its natural state. Henry says the young men shaved off the hair except a small spot on the crown of the head. Their dress consisted of tight leggings, reaching nearly to the hip, a strip of cloth or leather about 1 ft. wide and 5 ft. long passing between the legs and under a belt around the waist, the ends being allowed to hang down in front and behind; a vest or shirt reaching to the hips; sometimes a cap for the head made of a piece of fur or a small skin, and sometimes a robe thrown over the dress. These articles, with moccasins and mittens, constituted their apparel. The dress of the women consisted of the same materials, but the shirt extended to the knees, being fastened over the shoulders with cords and at the waist with a belt, and having a flap at the shoulders; the arms were covered to the wrist with detached sleeves.
     Umfreville says that in trading, fraud, cunning, Indian finesse, and every concomitant vice was practiced by them from the boy of 12 years to the octogenarian, but where trade was not concerned they were scrupulously honest. Mackenzie says that they were naturally mild and affable, as well as just in their dealings among themselves and with strangers; that any deviation from these traits is to be attributed to the influence of the white traders. He also describes them as generous, hospitable, and exceedingly good natured except when under the influence of spirituous liquor. Chastity was not considered a virtue among them, though infidelity of a wife was sometimes severely punished. Polygamy was common; and when a man's wife died it was considered his duty to marry her sister, if she had one. The arms and utensils used before trade articles were introduced by the whites were pots of stone, arrow-points, spearheads, hatchets, and other edged tools of flint, knives of buffalo rib, fishhooks made out of sturgeon hones, and awls from bones of the moose. The fibrous roots of the white pine were used as twine for sewing their bark canoes, and a kind of thread from a weed for making nets. Spoons and pans were fashioned front the horns of the moose (Hayden). They sometimes made fishhooks by inserting a piece of bone obliquely into a stick and sharpening the point. Their lines were either thongs fastened together or braided willow bark. Their skin tipis, like those of the northern Athapascan, were raised on poles set up in conical form, but were usually more commodious. They occasionally erect a larger structure of lattice work, covered with birch bark, in which 40 men or more can assemble for council, feasting, or religious rites.
     The dead were usually buried in shallow graves, the body being covered with a pile of stones and earth to protect it from beasts of prey. The grave was lined with branches, some of the articles belonging to the deceased being placed in it, and in some sections a sort of canopy was erected over it. Where the deceased had distinguished himself in war his body was laid, according to Mackenzie, on a kind of scaffolding; but at a later date Hayden says they did not practice tree or scaffold burial. Tattooing was almost universal among the Cree before it was abandoned through the influence of the whites. The women were content with having a line or two drawn from the corners of the month toward the angles of the lower jaw; but some of the men covered their bodies with lines and figures. The Cree of the Woods are expert canoe men and the women lighten considerably their labors by the use of the canoe, especially where lakes and rivers abound. A double-head drum and a rattle are used in all religious ceremonies except those which take place in the sweat house. Their religious beliefs are generally similar to those of the Chippewa.
     In 1776, before smallpox had greatly reduced them, the population of the Cree proper was estimated at about 15,000. Most of the estimates during the last century give them from 2,500 to 3,000. There are now about 10,000 in Manitoba (7,000 under agencies) and about 5,000 roving in Northwest Territory; total,
15,000.


LES CREES
Cree (contraction de Kristinaux, la forme française de Kenistenoag,
     
Une importante tribu algonquienne de l'Amérique britannique dont l'ancien habitat se trouvait au Manitoba et Assiniboines, entre rivières Rouge et de la Saskatchewan. Ils allaient vers le nord-bas de la rivière Nelson à la proximité de la baie d'Hudson, et le nord-ouest près de la région du lac Athabasca. Quand ils d'abord fait connaître aux missionnaires jésuites une partie d'entre eux résidaient dans la région de la baie James, comme il est indiqué dès 1640 que «ils habitent sur les rivières de la mer du Nord, où Nipissing aller à commercer avec eux", mais les Relations des Jésuites de 1661 et 1667 indiquent une région plus au nord-ouest de la maison de la plus grande partie de la tribu. Une partie des Crees, ainsi qu'il ressort de la tradition donnée par Lacombe (Diet. Lang. Cris), habité pendant un certain temps au sujet de la région du fleuve Rouge, mêlés à la Chippewa et Maskegon, mais ont été attirés par les plaines par le buffle, le Cree comme la Chippewa étant essentiellement un peuple de la forêt. De nombreuses bandes de Crees étaient pratiquement les nomades, leurs mouvements étant régi en grande partie par l'approvisionnement alimentaire. Les Crees sont étroitement liés, linguistiquement et autrement, dans la Chippewa. Hayden les considéraient comme une émanation de celui-ci, et le Maskegon une autre division du même groupe ethnique.
     
À un certain laps de temps relativement récente les Assiniboines, une branche des Sioux, à la suite d'une querelle, se détacha de leurs frères et ont cherché l'alliance avec les Cris. Celui-ci les reçut cordialement et leur a accordé une maison sur leur territoire, formant ainsi des relations amicales qui ont continué jusqu'à nos jours. Les tribus-Unis ont attaqué et a conduit le sud-ouest de la Siksika et les tribus alliées qui, autrefois, habitaient le long de la Saskatchewan. L'inimitié entre ces tribus et à la fois le Siksika et les Sioux a depuis continué. Après les Cris obtenu des armes à feu qu'ils ont fait des raids dans le pays Athapascan, même dans les montagnes Rocheuses. et aussi loin au nord que la rivière Mackenzie, mais la rivière Churchill a été comptabilisée à l'extrême limite nord de leur territoire, et dans leurs cessions de terres au Canada selon eux rien au-delà de cette ligne. Mackenzie, en parlant de la région de la rivière Churchill, dit que les gens originaires de cette région, probablement esclaves, ont été chassés par les Crees.
     
Comme les gens de cette tribu ont été amicales de leur premier rapport  à la fois avec l'anglais et le français, et jusqu'à tout récemment ont été laissés intacts comparativement à la jouissance de leur territoire, il a été enregistré, mais peu en ce qui concerne leur histoire. Celle-ci consiste presque entièrement de leurs concours avec les tribus voisines et leurs relations avec la Cie la baie d'Hudson en 1786, selon Hind, ces Indiens, ainsi que ceux des tribus environnantes, ont été réduites à moins de la moitié de leurs anciens numéros de la variole. La même maladie à nouveau balayé la moitié au moins des tribus des Prairies en 1838. Ils ont ainsi été réduites, selon Hind, à un sixième ou un huitième de leur ancienne population. En plus de ces dernières années, depuis jeu est devenu rare, ils ont vécu principalement dans les bandes éparses, dépendant en grande partie sur le commerce avec les agents de la Compagnie de la Baie d'Hudson À l'heure actuelle, ils sont rassemblés principalement dans les bandes sur les réserves diverses au Manitoba, surtout avec les Chippewas .
     
Leur dispersion dans les bandes soumises à des conditions différentes en ce qui concerne la fourniture et le caractère de leur nourriture a donné lieu à différentes caractéristiques physiques, d'où les descriptions données par divers explorateurs. Mackenzie, qui les décrit en détail  dit qu'ils sont de stature moyenne, bien proportionné, et d'une grande activité. Leur teint est cuivré et leur cheveux noirs, comme c'est fréquent chez les Indiens. Leurs yeux sont noirs, vifs et pénétrants; leur physionomie ouverte et agréable. En ce qui concerne les femmes, dit-il: «De toutes les nations que j'ai vues sur ce continent, les femmes sont les plus Knisteneaux avenante Leur chiffre est généralement bien proportionné, et la régularité de leurs traits serait reconnu par les gens civilisés endurcir. de l'Europe. Leur teint est moins de cette teinte sombre qui est commun à ces sauvages qui ont moins des habitudes de propreté.'' Umfreville, dont Mackenzie semble avoir copié en partie ce qui est ici affirmé, dit qu'ils sont plus enclins à être maigre du corps que le contraire, un corpulent indienne étant "une curiosité beaucoup plus grande que un sobre." Clark (la langue des signes, 1885) décrit les Crees vu par lui comme misérable et mentalement et physiquement inférieurs aux Indiens des Plaines, et Harmon dit que ceux de la tribu qui habitent les plaines sont plus justes et plus proprement que les autres.
     
Leur coupait les cheveux de diverses manières, selon les divisions tribales, et par certains à gauche dans son état naturel. Henry dit que les jeunes hommes rasé les cheveux, sauf une petite tache sur la couronne de la tête. Leur costume se composait d'leggings serrés, atteignant près de la hanche, une bande de tissu ou de cuir d'environ 1 m de large et 5 m de long en passant entre les jambes et sous une ceinture autour de la taille, les extrémités étant autorisés à pendre en face et derrière, un gilet ou une chemise d'atteindre au niveau des hanches, parfois un capuchon pour la tête faite d'un morceau de fourrure ou une petite peau, et parfois une robe jetée sur la robe. Ces articles, avec des mocassins et des mitaines, constitué leurs vêtements. Le costume des femmes se composait des mêmes matériaux, mais la chemise étendu sur les genoux, étant fixé sur les épaules avec des cordes et à la taille par une ceinture, et ayant un rabat au niveau des épaules, les bras étaient couverts au poignet avec manches individuelles.
     
Umfreville dit que dans le commerce, la fraude, la ruse, la finesse des Indiens, et tous les vices concomitante a été pratiquée par ceux-ci le garçon de 12 ans à l'octogénaire, mais où le commerce n'a pas été concernées, elles étaient scrupuleusement honnête. Mackenzie dit qu'ils étaient naturellement doux et affable, ainsi que tout dans leurs relations entre eux et avec les étrangers; que tout écart par rapport à ces traits doit être attribué à l'influence des commerçants blancs. Il décrit aussi les plus généreux, hospitalier, et extrêmement bonne humeur sauf quand sous l'influence de spiritueux. La chasteté n'est pas considérée comme une vertu parmi eux, bien que l'infidélité d'une femme a été parfois sévèrement punis. La polygamie était courante, et lorsque l'épouse d'un homme est mort, il a été considéré comme son devoir de se marier à sa sœur, si elle en avait un. Les bras et les ustensiles utilisés avant les articles de commerce ont été introduites par les Blancs étaient des pots de pierre, de flèches, fers de lance de points, de haches et autres outils tranchants en silex, des couteaux de côtes de bison, des hameçons fabriqués à partir de Hones esturgeons et des poinçons d'os de l'orignal. Les racines fibreuses du pin blanc ont été utilisés comme de la ficelle pour coudre leurs canots d'écorce, et une sorte de fil d'une mauvaise herbe pour faire des filets. Cuiller et les casseroles étaient à l'avant façonné les cornes de l'orignal (Hayden). Ils ont parfois fait des hameçons en insérant un morceau d'os obliquement dans un bâton et l'affûtage au point. Leurs lignes étaient soit des lanières attachées ensemble ou l'écorce de saule tressé. Leurs tipis de la peau, comme ceux de l'Athapascan du Nord, ont été soulevées sur les pôles mis en place sous forme conique, mais étaient généralement plus commode. Ils occasionnellement ériger une structure plus large de treillis, recouverte d'écorce de bouleau, dans laquelle 40 hommes ou plus peuvent assembler pour le conseil, la fête, ou les rites religieux.
     
Les morts étaient généralement enterrés dans des fosses peu profondes, le corps étant recouvert d'un tas de pierres et de terre pour la protéger contre les bêtes de proie. La tombe a été doublée avec des branches, certains des articles appartenant à la personne décédée est placée en elle, et dans certaines sections une sorte de dais a été érigé au-dessus. Lorsque le défunt s'était distingué dans la guerre que son corps fut déposé, selon Mackenzie, sur une sorte d'échafaudage, mais à une date ultérieure Hayden dit qu'ils ne pratiquaient pas l'arbre ou l'enfouissement échafaud. Le tatouage était presque universelle chez les Crees avant qu'il a été abandonné par l'influence des Blancs. Les femmes étaient contents d'avoir une ligne ou deux tirées des coins du mois vers les angles de la mâchoire inférieure, mais quelques-uns des hommes couvraient leurs corps avec des lignes et des figures. Les Crees des Bois sont des hommes en canot d'experts et les femmes d'alléger considérablement leurs travaux par l'utilisation de la pirogue, en particulier là où les lacs et les rivières abondent. Un tambour à double tête et un hochet sont utilisés dans toutes les cérémonies religieuses, sauf ceux qui ont lieu dans la maison sueur. Leurs croyances religieuses sont généralement similaires à ceux de la Chippewa.
     
En 1776, apres la grande variole, la population des Crees a été estimée à environ 15.000. La plupart des estimations au cours du siècle dernier leur donner de 2.500 à 3.000. Il ya maintenant environ 10.000 au Manitoba (7.000 agences dans) et environ 5.000 dans le Territoire du Nord-Ouest mèche; total,
15.000.



05/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres