legend of native americans indians

legend of native americans indians

DELAWARE TRIBE

Delaware Tribe of Indians

Delaware Tribe of Indians
Noradean.jpg
Nora Thompson Dean (1907–1984),
tribal member, language educator, and herbalist, ca. 1973
Total population
10,500
Regions with significant populations
 United States ( Oklahoma)

Religion

Christianity, Native American Church, traditional tribal religion
Related ethnic groups

other Lenape tribes,
other Algonquian peoples

The Delaware Tribe of Indians, sometimes called the Eastern Delaware, based in Bartlesville, Oklahoma, is one of three federally recognized tribes of Delaware Indians in the United States, along with the Delaware Indians based in Bartlesville, Oklahoma and the Stockbridge-Munsee Community of Wisconsin. More Lenape or Delaware people live in Canada.
Contents
Government and economic development

Paula Pechonick is the elected Chief, the first woman to lead the tribe. The Assistant Chief is Chet Brooks. They are headquartered in Bartlesville and have no tribal jurisdictional area. Their housing program covers Washington, Nowata, Rogers, Craig and Part of Tulsa Counties. Their annual tribal economic impact is $2 million.

The Delaware Tribe of Indians is located at 170 NE Barbara, in Bartlesville, Oklahoma, 74006.
Enrollment

Tribal membership is limited exclusively to descendants of Delaware people on the 1906 tribal rolls from Indian Territory.They based enrollment on lineal descent, that is, they have no minimum blood quantum requirements.
Culture

The Council of Lenape Elders works to sustain traditional dances, culture, and the tribal language and works with the Delaware Gourd Society. The tribe maintains a Delaware Center, on a 80-acre (320,000 m2) parcel land in Bartlesville. Delaware artists are known for their wood carving and ribbon work skills.
History

The historically Algonquian-speaking Delaware refer to themselves as Lenni Lenape. At contact, in the early 17th century, the tribe lived along the Delaware River, named for Lord de la Warr,territory in lower present-day New York state and eastern New Jersey, and western Long Island

The Delaware people was the first Indian nation to sign a treaty with the new United States. They signed the treaty on 17 September 1778. Despite the treaty, the Delaware were forced to cede their Eastern lands and moved first to Ohio, later Indiana, Missouri, Kansas, and Indian Territory. The ancestors of the Delaware Nation, following a different migration route, settled in Anadarko. Other Delaware bands moved north with the Iroquois after the American Revolutionary War to form two reserves in Ontario, Canada.

Traditionally the Delaware were divided into the Munsee, Unami, and Unalachtigo, three social divisions determined by language and location.
Federal recognition
First recognition

After dealing with the United States on a government-to-government basis, the ancestors of the Delaware Tribe of Indians agreed in 1867 to relocation to Oklahoma, to live within the Cherokee Nation. The Delaware Tribe of Indians operated autonomously within the lands of the Cherokee Nation.

Following passage of the 1972 Appropriations Act, the Bureau of Indian Affairs (BIA) reviewed the 1958 Bylaws of the Delaware Tribe of Indians. It recommended that the tribe adopt membership criteria to comply with the distribution requirements of the Act. In a General Council meeting, the Delaware Tribe amended its bylaws to include such criteria, and the BIA approved the amendments on September 30, 1974. In 1975, the BIA certified that the Delaware Tribe's amended bylaws provided “the legal entity which in the judgment of the Secretary of Interior adequately protects the interest of the Delaware Tribe of Indians pursuant to the [1972 Appropriations Act].” Due to suit filed by the Kansas Delaware, a non-recognized tribe, BIA reviewed all federally recognized Delaware tribes' legal documents. Then in 1979, BIA revoked the Delaware Tribe of Indians' status, citing that the removal to Oklahoma in 1879 with the Cherokees effectively placed the tribe under the authority of the Cherokee Nation. The BIA had determined that the Department of the Interior would generally engage in government-to-government relations with the Delaware Tribe only through Cherokee Nation, and that the Department would engage in direct relations with the Delaware Tribe solely with respect to the Tribe's claims against the United States.
Second recognition

The Delaware Tribe of Indians regained their federal recognition by the Secretary of the Interior in 1996, when the BIA rescinded their 1979 decision. However, the Cherokee Nation disagreed with the decision and filed suit against the BIA and the Secretary of their decision. The Cherokee Nation's position was upheld in court, leading to the Delaware Tribe's loss federal recognition in a 2004. After years of negotiations, the two tribes resolved their differences through an agreement in October 2008. Delaware voters approved the agreement and voted to reorganize in May 2009, under the authority of the Oklahoma Indian Welfare Act.
Third recognition

On July 28, 2009, The United States Department of the Interior notified the tribal office in Bartlesville, Oklahoma, that the Delaware are again a federally recognized tribe.
Notable tribal members

    Nora Thompson Dean (Touching Leaves Woman, 1907–1984), traditionalist, herbalist, and language instructor

WILLIAM PENN WITH DELAWARE TRIBE

 

TRIBUS DELAWARE

Importante nation indienne du Delaware, de l'Etat de New-York et de Pennsylvanie


Indiens "typiques", combattus dès le XVIIè siècle par les Hollandais, puis par les Anglais et les Iroquois, les Delawares doivent céder une grande partie de leurs terres aux Britanniques, puis aux Américains et s’exiler vers l’Ouest. Des Delawares vivent actuellement au Kansas et en Oklahoma.
Les Delawares constituaient au XVIIè siècle la plus importante confédération algonquine de l’est des actuels Etats-Unis.

Une confédération Puissante

 

Le nom "Delaware" vient du nom de Lord George de la Ware, premier gouverneur de Virginie. Ils s’appellent eux-mêmes Leni-Lenapes "les Hommes parmi les Hommes".
Les Delawares se divisaient en trois clans : Munsees (le Loup), Unamis (la Tortue) et Unalactigos ( le Dindon). Les Delawares étaient considérés comme les "grands pères", le peuple fondateur dont tous les Algonquins s’étaient détachés. Certaines petites tribus algonquines vivant sous la protection des Delawares comme les Esopus, les Wappingers, les Hackensacks, les Manhattans ont souvent été considérés comme faisant partie de la confédération delaware. Les Montauks-Shinnecocks, également liés aux Delawares, formaient eux-mêmes une confédération installée dans Long Island, au large de l’actuelle ville de New-York.
Les Delawares sont parfaitement représentatifs des Indiens d’Amérique du Nord que les Européens ont connus et souvent admirés aux XVIIè et XVIIIè siècles.
Le long des rivières, ils édifiaient de gros villages entourés de champs collectifs où les femmes cultivaient le maïs, le haricot, la courge et le tabac. Ils habitaient des wigwams en forme de dôme, faits de branchages recouverts d’écorce. Une grande maison commune occupait le centre du village. Les habitations collectives ou cérémonielles étaient rectangulaires, semblables aux "longues maisons" iroquoises ou huronnes. Une forte palissade de bois doublée d’un fossé où pouvaient se dissimuler les guerriers décourageait les agresseurs.
Chaque village était gouverné par un  sachem choisi pour sa sagesse et assisté par un conseil des anciens. Le pouvoir est transmis par les femmes. C’est chez les Delawares que les Blancs ont vu pour la première fois les pipes cérémonielles que les Français ont appelées "calumets" et qui servaient à établir des relations d’échange et d’amitié entre les hommes

 

C’est au début des années 1620 que les Delawares et les tribus associées entrent en contact avec les Blancs. En 1625, le Hollandais Peter Minuit achète aux Manhattans l’une des îles de la côte où sera fondée Nieuw Amsterdam, la future New-York. Le gouverneur hollandais, Van Curler, se montre amical envers les nations algonquines de la région. 
En 1638, Willem Kieft est nommé gouverneur de la colonie. C’est un homme cruel qui a le plus total mépris pour les indigènes. Il trouve habile d’offrir des mousquets aux Iroquois Mohawks pour leur permettre de l’emporter sur les nations algonquines dans la guerre qui les oppose pour le contrôle du commerce de la fourrure. Les Mohawks considèrent les Delawares comme leurs vassaux et veulent leur imposer un tribut que les Delawares refusent.
En février 1643, les Mohawks attaquent les Hackensacks qui cherchent alors refuge dans l’île de Pavonia sous contrôle hollandais. Le 25 février, les Hollandais se jettent sur le campement delaware où ils commettent les pires atrocités. Quatre-vingt têtes coupées sont exposées à Nieuw Amsterdam. Une trentaine de prisonniers indiens, dont des femmes et des enfants, sont torturés à mort devant la foule.
Les représailles indiennes ne se font pas attendre. La colonie hollandaise menacée appelle les Anglais à son secours. Le capitaine anglais John Underhill qui s’est rendu célèbre en 1637 en écrasant les Pequots sur la Mystic River prend le commandement. Il lance une expédition contre les Montauks-Shinecooks. Des centaines d’Indiens sont massacrés dans les conditions les plus atroces. Puis les Anglo-Hollandais attaquent un important village delaware près de Stamford où cinq cent Indiens périssent brûlés vifs. A Nieuw Amsterdam, deux prisonniers indiens sont écorchés vifs pour l’amusement du gouverneur Willem Kieft.
En 1655, une femme indienne est tuée par un Blanc pour avoir cueilli des pêches dans un verger. Delawares et Wappingers, qui ont tiré vengeance du meurtrier, voient leurs villages attaqués et brûlés par les colons hollandais. Ce sera la "Guerre des Pêches". Peter Stuyvesant, le nouveau gouverneur, fait garder en otage les enfants indiens survivants et menace de les tuer si leurs pères reprennent les armes.  
Pendant ce temps, les colons suédois installés sur la rivière Delaware depuis 1638 et qui respectent les Indiens et les traitent avec honnêteté, ont les meilleures relations avec les Delawares et les tribus voisines. Ils seront évincés par les Anglais en 1655.

 

En 1683, Tamady, le chef des Delawares, signe avec le quaker William Penn un traité d’amitié qui allait assurer la paix durant soixante ans. William Penn a été l’un des rares Blancs à traiter les indigènes avec respect et à tenir parole. Mais les successeurs de William Penn trompent les Indiens. En 1738, les colons usent d’un stratagème, la "Walking Purchase", pour contraindre les Delawares à abandonner leurs bonnes terres agricoles et à se retirer plus à l’ouest dans la vallée de l’Ohio. En juillet 1755, les Delawares prennent part à la bataille de la rivière Monongahela près de Fort Duquesne où, aux côtés des Français, des Shawnees, Ottawas, Chippewas, Abenakis, Hurons et Senecas, ils infligent aux Anglais une sévère défaite.
Les Delawares et leurs alliés continuent à harceler les établissements anglais installés sur leurs terres. Le prix payé pour les scalps indiens monte à cent trente dollars pour un homme et à cinquante pour celui d’une femme ou d’un enfant. Se sentant menacées, de nombreuses tribus s’allient aux Delawares.
En 1763, les Delawares participent à la guerre de Pontiac aux côtés des tribus algonquines et des Iroquois Senecas. C’est un Delaware, appelé "le Prophète", qui a inspiré la coalition indienne regroupée autour de Pontiac. Le Prophète presse les nations indiennes d’abandonner l’alcool, de revenir aux traditions indiennes et de s’unir afin de chasser les Blancs de leur pays. La coalition de Pontiac échouera. A l’occasion d’une trêve, des couvertures infectées par la variole sont offertes aux Indiens. Les Delawares et les autres tribus alliées connaîtront une terrible épidémie.
La plupart des Delawares apportent leur aide aux colons américains en lutte contre les Anglais durant la Guerre d’Indépendance Américaine. En 1785, comme les autres nations indiennes alliées aux Etats-Unis, les Delawares signent avec le gouvernement américain le traité de Fort Mc Intosh qui leur reconnaît leurs terres "à perpétuité". On a donné le nom de "Delaware" au premier état de l'Union en 1787.

 

Pourtant, cinquante ans plus tard, une partie des Delawares, comme les autres nations indiennes de l’Est, doit s’exiler au Kansas. Pour échapper à la pression des colons américains, ils vont s’installer au Texas encore territoire espagnol, mais entrent bientôt en conflit avec les colons américains qui s’installent au Texas. En  1845, quand le Texas devient américain, ils sont conduits en Territoire Indien, l’actuel état d’Oklahoma, où ils occupent  actuellement un territoire garanti par l’état fédéral sous le nom de Wyandotts.
Certains Delawares ont pu demeurer dans le Nord-Est. Ils possèdent, sous le nom de Munsees, une réserve au Wisconsin qu’ils partagent avec les Stockbridges et une dans la province canadienne d’Ontario qu’ils occupent sous le nom de Moravians.



30/05/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres