legend of native americans indians

legend of native americans indians

CRAZY HORSE

CRAZY HORSE

My wife is sick. This terrible and harsh winter has lit a fire in his chest.

 

Let me take her to the doctor to the agency Spotted Tail, because if I do not do it, it will die.

 

If I have to wait for the response of the Father of all (U.S. President), my wife is dead.

 

Besides, I do not hunt for any Father of All.

 

My father and me and there is no kind of contact between me and the Great Spirit. "

Crazy Horse (Tashunka Witko) in his lifetime was regarded by his people as the Savior. It was equipped with all the qualities that make great leaders: a great strength of character, great dedication to the cause of his people and courage beyond compare.

From an early age, Crazy Horse has a deep hatred of whites. This feeling had been particularly inspired by the discovery of the camp where he lived near Ash Hollow, Nebraska, completely destroyed by the U.S. Army, 3 September 1855.

The hostility of the Indians against Americans had never completely stopped during the Civil War (Civil War) but in 1864 the massacre at Sand Creek was the beginning of a new period of open conflict. It was then that Crazy Horse became a great warlord. He was involved in the massacre of Captain Fetterman and his men, December 21, 1866, and participated in combat Waggon-Box, August 21, 1867.

He was always the first to lead the attack and last to retreat.

Tashunka Witko was born about 1842 and some say he was born near the hill naked in the sacred site of the Black Hills. As a child he was rather soft and stale. But, again later, he became a formidable warrior.

He fought with the greatest Lakota leader, first alongside Makhpiya Luta (Red Cloud) and then alongside Yotanka Tatanka (Sitting Bull )

By 1866 Tashunka Witko participates in Red Cloud's war against the whites, and December 21 of that year, he destroyed the head of his warriors a detachment of 80 men under the command of Captain Fetterman to Fort Phil Kearney. Over the next decade, Tashunka Witko did not cease to fight against the whites, and when do not fight, he carefully avoided. In June 1876, joined Tashunka Witko, like many Sioux and Cheyenne, the encampment of Chief Sitting Bull. The Army sent three armed columns to force the Indians to return to their reserves. June 17, Tashunka Witko, at the head of his warriors, fighting and pushing the troops of General Crook near the Rosebud River, then joined Sitting Bull and on June 25, their combined force won the famous battle of Little Big Horn the 7th Cavalry Regiment of General Custer. The following year was disastrous for the Indians. The military, eager to avenge Custer, continued to pursue them. The soldiers were superior in numbers and in arms and left no respite to the Sioux and Cheyennes, forcing Chief Sitting Bull took refuge with his Hunkpapas Canada. In this hunt, even the military used artillery to defeat the Indians. In spring 1877, out of force, the Sioux were forced to surrender Tashunka Witko. And that head up the leader took the road reserve at the head of some 300 families or about two miles Sioux men, women and children.

To avoid potential problems due to the presence of this great leader, the army decided to shut it. He was assassinated on 7 September of that year, a guard who claimed he had tried to escape. Tashunka Witko died in the night after delivering this speech: "Father, I am mortally wounded, we do know that mine is useless to count on me any longer." Shortly before that, Tashunka Witko had already lost his wife and daughter died of tuberculosis. Crazy Horse was led to his final resting place by some friends, and even today, only a few insiders know where he is burie                                     

"Ma femme est malade. Ce terrible et dur hiver a allumé un grand feu dans sa poitrine.

Laissez-moi la conduire chez le médecin à l'agence Spotted Tail, car si je ne le fais pas, elle va mourir.

Si je dois attendre la réponse du Père de Tous (Président des Etats Unis), ma femme sera morte.

D'ailleurs, je ne chasse pour aucun Père de Tous.

Mon père et avec moi et il n'y a aucune sorte d'interlocuteur entre moi et le Grand Esprit."

 

Crazy Horse (Tashunka Witko ou Cheval Fou en français) de son vivant était considéré par son peuple comme le Sauveur. Il était pourvu de toutes les qualités qui font les grands chefs : une grande force de caractère, un grand dévouement à la cause de son peuple et un courage incomparable.

Dès son plus jeune âge, Crazy Horse nourrit une profonde haine à l'égard des Blancs. Ce sentiment lui avait été notamment inspiré par la découverte du campement dans lequel il vivait près de Ash Hollow dans le Nebraska, complètement détruit par l'armée américaine, le 3 septembre 1855.

Les manifestations d'hostilité des Indiens à l'égard des Américains n'avaient jamais complètement cessé pendant la guerre civile (guerre de Sécession) mais, en 1864, le massacre de Sand Creek marqua le début d'une nouvelle période de conflit ouvert. C'est à cette époque que Crazy Horse devint un grand chef de guerre. Il fut impliqué dans le massacre du capitaine Fetterman et de ses hommes, le 21 décembre 1866, et participa au combat de Waggon-Box, le 21 août 1867.

Il était toujours le premier à mener l'attaque et le dernier à battre en retraite.

Tashunka Witko est né vers 1842 et selon certains, il serait né près de la colline nue dans le site sacré des Black Hills. Enfant, il était plutôt doux et renfermé. Mais, plutard, il devint un redoutable guerrier.

Il combattit avec les plus grands chef Lakotas, tout d'abord aux cotés de Makhpiya Luta (Red Cloud ou Nuage Rouge en français) puis aux cotés de Tatanka Yotanka (Sitting Bull ou "Taureau Assis" en français).

 

Dès 1866, Tashunka Witko participe à la guerre de Nuage Rouge contre les blancs, et le 21 décembre de cette même année, il anéantit à la tête de ses guerriers un détachement de 80 hommes sous le commandement du capitaine Fetterman au Fort Phil Kearney. Pendant la décennie suivante, Tashunka Witko ne cessa de lutter contre les Blancs et, lorsqu'il ne les combattait pas, il les évitait soigneusement. Au mois de juin 1876, Tashunka Witko rejoint, comme beaucoup de Sioux et de Cheyenne, le campement du chef Sitting Bull. L'armée envoya trois colonnes armées pour forcer les indiens à regagner leur réserves. Le 17 juin, Tashunka Witko, à la tête de ses guerriers, bat et repousse les troupes du général Crook près de la Rosebud River, puis il rejoint Sitting Bull et le 25 juin, leur force conjointe remporte la célèbre bataille de la Little Big Horn sur le 7ème régiment de cavalerie du général Custer. L'année suivante fut désastreuse pour les indiens. L'armée, désireuse de venger Custer, ne cessa de les pourchasser. Les soldats étaient supérieurs en nombres et en armes et ne laissèrent aucun répit aux Sioux et aux Cheyennes, forçant ainsi le chef Sitting Bull à se réfugier avec ses Hunkpapas au Canada. Dans cette traque, l'armée utilisa même l'artillerie pour venir à bout des indiens. Au printemps 1877, à bout de force, les Sioux de Tashunka Witko durent se rendre. Et c'est la tête haute que le chef prit le chemin de la réserve à la tête de près de 300 familles Sioux soit environ deux milles hommes, femmes et enfants.

Pour éviter d'éventuels troubles dûs à la présence de ce grand chef, l'armée décida d'enfermer celui-ci. Il fut lâchement assassiné, le 7 septembre de la même année, par une sentinelle qui prétendit qu'il avait cherché à s'enfuir. Tashunka Witko s'éteignit dans la nuit après avoir prononcé c'est paroles : "Mon père, je suis mortellement blessé, que l'on fasse savoir aux miens qu'il est inutile de compter sur moi plus longtemps". Quelques temps avant cela, Tashunka Witko avait déjà perdu sa femme et sa fille mortes de tuberculose. Crazy Horse fut conduit à sa dernière demeure par quelques amis et, aujourd'hui encore, seuls quelques initiés savent où il est enterré.



11/04/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres