legend of native americans indians

legend of native americans indians

chief joseph

Chief Joseph ( Hin-mah-too-yah-lat-kekt ) 1840 - 1904 ( Nez Perce Chief)

The Nez Perce tribe was a peaceful nation, stretching from Idaho to northern Washington. It maintained good relations with whites after the Lewis and Clark expedition. Joseph has spent most of his childhood in a mission run by the Christian missionaries.

In 1855, the father of Chief Joseph,

Old Joseph, signed a treaty with the government, which allowed his people to remain on the land of their ancestors. In 1863, another treaty reduces the area allocated, but Old Joseph deliberately ignored the treaty.

Young Chief Joseph Josephsuccéda his father as chief in 1873. The Nez Perce lived in harmony with whites before 1877.

Chief Joseph, was known for his resistance to government attempts to force the Nez Perce tribe to go on reserve. The showdown began in 1877.

This agreement was compromised as a result of the discovery of gold on their terrrain hunting in Oregon. The whites wanted to renegotiate the treaty of 1863 to take more land from the Indians and confining them in a reserve cramped. There followed a war between whites and Nez Perce. Forced to leave "Wallowa Valley" for a reservation in Idaho. Of course the Indians were forced to surrender but after a great lesson in courage for those who know the story: about 800 of them fled before the advancing Yankee and traveled nearly 1700 km. At the end of this long flight, Chief Joseph was forced to sign with Colonel Nelson Miles the surrender of his people, just 30 miles (48km) from the Canadian border for the purpose of their epic. He was then deported to a Kansas reservation where many died of disease. Chief Joseph, meanwhile, there Mourrut at the age of 64.

"My father sent for me. I saw he was dying. I took his hand in mine. He said," My son, my body returns to earth my mother and my spirit will soon see the Great Spirit Chief. When I am gone, think of your country. You are the leader of this people. They expect you that you guides. Remember always that your father never sold his country. You need ears chasue time we will ask you to sign a treaty to sell your home ays. Few years and white men t'encercleront. Their eyes are on this earth. Never forget, my son, my dying words. This land contains the body of your father. Never sell the bones of your father and your mother. "" I pressed the hand of my father and I told him that I will protect the grave of my own life. My father smiled and went to the land of spirits.

I buried him in this beautiful valley where the water snakes. I love this land more than anything else in the world. A man who would not like the grave of his father will be worse than a wild animal. "

"All men are created by the same Divine Spirit. We are all brothers. Our land is the mother of all human beings, and all should enjoy its benefits equally. I know that we as Indians need to change ...

We just want to have the same rights as men, we want to be part of the hummanité. And when the Indian will be treated by the white man like any other human being, then we will not know war any more. We would like to be the children of one and one family under a single sky surrounded by the same country, and we pray for this to happen. "

Chief Joseph

"I'm fatgué to fight. Our leaders were killed. Looking Glass is dead. Too-Hul-Hul-SOTE died. All old also died ... The man who led our young people, Ollokot, died. Oh it is so cold and we have no blankets. Our little children are freezing to death. Some people among my people fled into the hills, they have no blankets or food. Nobody knows where they went Perhaps they are already dead cold. I want to be left of teps to find my children and see how I can find the living. It may be that I find them among the dead. Listen to me, Tell General Howard I know his heart. Mine is sad and tormented. From that day, where the sun stands I will fight no more forever! "

In 1883, President Hayes allowed a small part of the Chief Joseph band returned to their land, it was not allowed there and remained in the reserve Coville in the state of Washington where he died a broken heart September 21 1904, without having seen his land.

The departure of this group was not done alone, here is a speech delivered January 14, 1879 in Congress:

"Shake Hands with a lot of friends, but there are things I want to know and no one seems able to explain. I can not understand how the government sends a man to fight, as he made with General Miles, can then break his promises. Such a government has something wrong with him ... I do not understand why nothing is done to my people. I have heard speech after speech, but there is nothing to is done. Good words are useless if it comes out something .. The lyrics do not make me my dead. They do not make me my country invaded by the white man today. They do not protect not my father's grave. They do not make me my horses and my cattle.

Good words do not make me my children. Good words will not change the promise of your war chief Gen. Miles. Good words do not give my people good health and do not prevent them from dying. Good words will not give my people a place where they can live in peace and take care of themselves.

I'm tired of speeches that lead nowhere. My heart sick when I remember all the good words and broken promises, there were too many words from men who had no right to speak. Too many misinterpretations have been made, too often the white men have misunderstood the Indians.

If the white man wants to live in peace with the Indian he can live in peace. It is not necessary to quarrel. Treat all men alike. Give them all an equal chance to live and grow ... You can either wait for the rivers that flow in reverse, to require any free man he is happy to be locked and the freedom to go wherever he wants him to be denied. If you tie a horse with no stake, you expect it to grow? If you park an Indian in a plot of land and you compel him to stay, there will be not happy and it will grow nor prosper.

I asked some chefs whites where they held the right to tell the ndien he would stay in one place while he sees white men going where they want. They can not answer me.

I ask the government is to be treated like other men are treated. If I can not go in my own home, give me a home where my people will not die so fast ...

I know that my race must change. We can not remain as we are next to the white man. We ask a fair chance to live like other people live. We ask to be recognized as men. We ask that the same law is applied equally to all men. If an Indian breaks the law, punish him by law. If a white man breaks the law, punish him also.

Give me back my freedom - freedom to travel, freedom to stop, free to work, freedom to trade where I choose, free to follow the religion of my fathers, freedom to think and act for myself even - and I will obey every law or I will submit to punishment. "

"Our fathers have given us many laws, they had themselves learned from their fathers. They said to treat men as they noustraitent, that we should never break an agreement first, it was a shame telling lies, only truth would be told. "

                                                                                                                                                                                               La tribu des Nez Percés était une nation pacifique, qui s'étendait de l'Idaho au nord de l'État de Washington. Elle a maintenu de bonnes relations avec les blancs après l'expédition de Lewis et Clark. Joseph a passé la majeure partie de son enfance dans une mission tenue par les missionnaires Chrétiens.

En 1855, le père de Chef Joseph,

Old Joseph, signa un traité avec le gouvernement, qui autorisait son peuple à rester sur les terres de leurs ancêtres. En 1863, un autre traité réduisait la surface allouée, mais Old Joseph ignora volontairement ce traité.

Young Joseph Chef Josephsuccéda à son père comme chef en 1873. Les Nez Percés vivaient en bonne entente avec les blancs avant 1877.

Chef Joseph, fut connu pour sa résistance face aux tentatives du gouvernement de forcer sa tribu des Nez Percés à se rendre dans les réserves. L'épreuve de force commença en 1877.

Cette entente fut compromise à la suite de la découverte d'or sur leur terrrain de chasse dans l'Oregon. Les blancs voulurent renégocier le traité de 1863 pour prendre davantage de terre aux Indiens et les confiner dans une réserve exigüe. Il s'en suivi une guerre entre blancs et Nez Percés. Obligés de quitter "Wallowa Valley" pour une réserve dans l'Idaho. Bien entendu les Indiens furent obligés de se rendre mais après une formidable leçon de courage pour qui connaît cette histoire : environ 800 d'entre eux fuirent devant l'avancée yankee et parcoururent près de 1700 km. A la fin de cette longue fuite, Chef Joseph fut contraint de signer avec le colonel Nelson Miles la réddition de son peuple, à seulement 30 miles (48km) de la frontière canadienne le but de leur épopée. Il furent ensuite déportés dans une réserve du Kansas où bon nombre moururent de maladie. Chef Joseph, quant à lui, y mourrut à l'age de 64 ans.

"Mon père m'a fait appeler. J'ai vu qu'il allait mourir. J'ai pris sa main dans la mienne. Il m'a dit :"Mon fils, mon corps retourne vers ma mère la terre, et mon esprit va bientôt voir le Chef Grand Esprit. Quand je serai parti, pense à ton pays. Tu es le chef de ce peuple. Ils attendent de toi que tu les guides. Rappelle-toi toujours que ton père n'a jamais vendu son pays. Tu dois te boucher les oreilles chasue fois qu'on te demandera de signer un traité pour vendre ton ays natal. Encore quelques années et les hommes blancs t'encercleront. Ils ont les yeux sur cette terre. N'oublie jamais, mon fils, mes paroles de mourant. Cette terre renferme le corps de ton père. Ne vends jamais les os de ton père et de ta mère.""J'ai pressé la main de mon père et je lui ai dit que je protègerai sa tombe de ma propre vie. Mon père a souri et s'en est allé vers la terre des Esprits.

Je l'ai enterré dans cette belle vallée où l'eau serpente. J'aime cette terre plus que tout le reste au monde. Un homme qui n'aimerait pas la tombe de son père serai pire qu'un animal sauvage."

"Tous les hommes ont été créés par le même Esprit Divin. Nous sommes tous frères. Notre terre est la mère de tous les êtres humains, et tous devraient bénéficier de ses bienfaits de manière égale. Je sais que nous autres, Indiens, devons changer...

Nous voulons seulement avoir les mêmes droits que les autres hommes, nous voulons être comme faisant partie de l'hummanité. Et lorsque l'Indien sera traité par l'homme blanc comme tout autre être humain, alors nous ne connaîtrons plus la guerre. Nous aimerions être les enfants d'une même et seule famille sous un seul et unique ciel entouré du même pays, et nous prions pour que cela advienne."

Chief Joseph

"Je suis fatgué de me battre. Nos chefs ont été tués. Looking Glass est mort. Too-Hul-Hul-Sote est mort. Tous les anciens sont également morts... Celui qui dirigeait nos jeunes gens, Ollokot, est mort. Oh ! il fait si froid et nous n'avons pas de couvertures. Nos petits enfants meurent de froid. Certaines personnes parmi mon peuple se sont enfuies dans les collines, elles n'ont ni couvertures ni nourriture. Personne ne sait où elles sont allées, peut-être sont-elles déjà morte de froid. Je veux qu'on me laisse du teps pour rechercher mes enfants, et voir combien je peux en retrouver vivants. Il se peut que je les retrouve parmi les morts. Ecoutez-moi, dites au Général Howard que je connais son coeur. Le mien est triste et tourmenté. A partir de ce jour, de l'endroit où se tient le soleil, je ne combattrai plus jamais !"

En 1883, le président Hayes autorisa une petite partie de la bande de Chef Joseph a regagné leur terre, ce dernier n'y fut pas autorisé et resta dans la réserve Coville dans l'état de Washington où il mourut le cœur brisé le 21 septembre 1904, sans avoir revue sa terre.

Le départ de ce groupe ne se fit pas tout seul, voici un discours qu'il prononça le 14 janvier 1879 devant le Congrès :

"J'ai serré la main a beaucoup d'amis, mais il y a des choses que je veux savoir et que pas un ne semble capable d'expliquer. Je ne peux pas comprendre comment le gouvernement qui envoie un homme combattre, comme il le fit avec le général Miles, peut ensuite rompre ses promesses. Un tel gouvernement a quelque chose de mauvais en lui... Je ne comprends pas pourquoi rien n'est fait pour mon peuple. J'ai entendu discours après discours mais rien n'est fait. Les bonnes paroles ne servent à rien s'il n'en sort quelque chose.. Les paroles ne me rendent pas mes morts. Elles ne me rendent pas mon pays envahi aujourd'hui par l'homme blanc. Elles ne protègent pas la tombe de mon père. Elles ne me rendent pas mes chevaux et mon bétail.

Les bonnes paroles ne me rendent pas mes enfants. Les bonnes paroles ne changeront rien à la promesse de votre chef de guerre le général Miles. Les bonnes paroles ne donnent pas bonne santé à mon peuple, et ne les empêchent pas de mourir. Les bonnes paroles ne donneront pas à mes gens un lieu où ils puissent vivre en paix et prendre soin d'eux-mêmes.

Je suis fatigué des discours qui ne débouchent sur rien. J'ai le coeur malade quand je me rappelle toutes les belles paroles et les promesses non tenues ; il y a eu trop de paroles venant d'hommes qui n'avaient pas droit à la parole. Trop de mauvaises interprétations ont été faites ; trop souvent les hommes blancs se sont mépris sur les Indiens.

Si l'homme blanc veut vivre en paix avec l'Indien, il peut vivre en paix. Il n'est pas necessaire de se quereller. Traitez tous les hommes pareillement. Donnez-leurs à tous une chance égale de vivre et de croître... Vous pouvez aussi bien attendre des rivières qu'elles coulent à l'envers, qu'exiger de n'importe quel homme libre qu'il soit content d'être enfermé et que la liberté d'aller où bon lui semble lui soit refusée. Si vous attachez un cheval à n piquet, vous attendez-vous à ce qu'il grossisse ? Si vous parquez un Indien dans un coin de terre et que vous l'obligez à rester, il n'y sera pas content et il ne croîtra ni ne prospèrera.

J'ai demandé à certains grands chefs Blancs d'où ils tenaient le droit de dire à l'ndien qu'il resterait dans un endroit alors qu'il voit les hommes blancs aller où ils veulent. Ils ne peuvent me répondre.

Ce que je demande au gouvernement, c'est d'être traité comme les autres hommes sont traités. Si je ne peux pas aller dans mon propre foyer, donnez-moi un foyer où mon peuple ne mourra pas si vite...

Je sais que ma race doit changer. Nous ne pouvons rester tels que nous sommes à côté de l'homme blanc. Nous ne demandons qu'une chance égale de vivre comme tous les autres hommes vivent. Nous demandons à être reconnus comme des hommes. Nous ne demandons que la même loi soit appliquée pareillement à tous les hommes. Si un Indien viole la loi, punissez-le par la loi. Si un homme blanc viole la loi, punissez-le aussi.

Rendez-moi ma liberté - liberté de voyager, liberté de m'arrêter, liberté de travailler, liberté de faire du commerce là où je le choisis, liberté de suivre la religion de mes pères, liberté de penser et d'agir pour moi-même - et j'obéirai à chaque loi ou je me soumettrai au châtiment."

"Nos pères nous ont transmis de nombreuses lois, qu'ils avaient apprises eux-mêmes de leur pères. Elles disaient de traiter les hommes comme ils noustraitent, que nous ne devions jamais rompre un accord les

 



29/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres